printericon

Expositions 2018

Ernst Ludwig Kirchner et Oskar Kokoschka
19 novembre 2017 – 22 avril 2018
Davos, Kirchner Museum

La Fondation Oskar Kokoschka est partenaire du Kirchner Museum dans cette grande exposition consacrée à deux figures majeures de l’expressionisme en Allemagne et en Autriche, Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938) et Oskar Kokoschka (1886-1980). S’échelonnant de 1905 à la fin des années 1930, elle révèle les parallèles qui ont jalonné les parcours de l’un et de l’autre, en particulier dans leurs débuts, et met leurs travaux en dialogue. Chaque artiste est représenté par une centaine de peintures, dessins et gravures.
www.kirchnermuseum.ch

En selle! Kokoschka et les équidés

Espace Kokoschka, Musée Jenisch, Vevey
21 juin – 7 octobre 2018

Si Kokoschka a représenté beaucoup d’animaux différents dans son œuvre, les équidés, et en particulier le cheval, semblent avoir exercé sur lui une réelle fascination. Chevaux, ânes, centaures, amazones, licornes et pégases, les œuvres de l’artiste autrichien sont peuplées de tout un bestiaire équin. Tour à tour représentés montés de cavaliers agiles, dans des scènes de bataille ou des ambiances rurales, tournoyant sur la piste des cirques ou encore comme de puissantes figures associées aux héros antiques, ils offrent un capital expressif inépuisable. Emblème des expressionnistes qui se sont formés autour du groupe «Der blaue Reiter» fondé à Munich en 1911, le cheval incarne chez Kokoschka avant tout la vivacité et le mouvement, qui sont aussi les valeurs maîtresses qu’il défend pour son art.
Musée Jenisch Vevey

Deux nouvelles salles permanentes
Dès le 21 juin 2018
Espace Kokoschka, Musée Jenisch, Vevey

L’une des salles présentera quelques pièces maîtresses de la collection de la Fondation, particulièrement représentatives de l’œuvre de l’artiste; dans l’autre, chevalet, matériel de peinture, de dessin et de lithographie, objets de la collection personnelle de l’artiste, ouvrages issus de sa bibliothèque ainsi que sa grande tapisserie Amour et Psyché donneront un aperçu du cadre dans lequel il travaillait dans sa villa de Villeneuve en Suisse dès 1953.
Musée Jenisch Vevey

Oskar Kokoschka: Eine Retrospektive
14 décembre 2018 – 10 mars 2019
Kunsthaus Zürich

L’exposition est conçue comme une rétrospective et entend prendre en compte, à travers quelque 250 œuvres et documents, toutes les périodes de création de l’artiste. Avec des prêts d’institutions internationales les plus renommées, elle va présenter toutes les techniques utilisées par celui-ci comme la peinture à l’huile, le pastel, le dessin, l’aquarelle, la gravure, ainsi que ses pièces de théâtre, décors et costumes. Le Kunsthaus Zürich a joué tôt un rôle important dans la carrière de Kokoschka. Avec une dizaine de peintures à l’huile, dont des chefs-d’œuvre comme Couple d’amoureux au chat (1917), le fonds de la collection est donc bien fourni. Pendant les 27 dernières années de sa vie, l’artiste a vécu en Suisse, ce qui explique que des pans importants de sa succession se trouvent aussi à Vevey et à Zurich et non seulement à Vienne. L’exposition est le fruit d’échanges étroits avec la Fondation Oskar Kokoschka à Vevey et le Centre de recherche Oskar Kokoschka à Vienne. En Suisse, la dernière rétrospective Kokoschka a eu lieu en 1986 au Kunsthaus Zürich.
Kunsthaus Zürich

Friedrich Dürrenmatt et Oskar Kokoschka – La politisation du mythe pendant la Guerre Froide
15 décembre 2018 – 14 avril 2019
Centre Dürrenmatt Neuchâtel

L’exposition présente le traitement de thèmes tirés de la mythologie grecque et de l’histoire antique dans l’œuvre de Dürrenmatt et Kokoschka. Le 25 mars 1960, les deux hommes se sont rencontrés chez Kokoschka à Villeneuve. Par la suite, Dürrenmatt a dédié à l’artiste un poème contenant un hommage à son triptyque de la Bataille aux Thermopyles (1954).
Leurs œuvres témoignent d’intérêts communs comme la politisation du mythe et l’auto-identification avec des personnages mythologiques. Les deux artistes ont également développé des idées pour une Europe unie. Le spécialiste d’histoire ancienne Bruno Snell qui avait suggéré à Kokoschka le choix du thème de son triptyque a interprété la Bataille aux Thermopyles comme un moment clé dans la «création de l’Europe» et la «défense de la liberté».
La menace orientale de l’Occident à l’époque de la Guerre Froide explique le potentiel d’actualisation de cette bataille antique depuis les années 1950. Les écrits et œuvres picturales de Dürrenmatt et Kokoschka constituent ainsi un avertissement contre l’avènement d’une Troisième Guerre mondiale.
Centre Dürrenmatt Neuchâtel